Rites funéraires musulmans

 

La sépulture musulmane

 

Notoirement, les  pratiques autour de la sépulture à travers les contrées du monde, ne datent pas d’aujourd’hui. Il faut remonter le temps à la préhistoire ou les premières sépultures très anciennes furent découvertes notamment quand « on a retrouvé en France des sépultures vieilles de 80 000 ans! Près des corps, des offrandes (outils en pierre taillée, cornes de bouquetins, pétales de fleurs) » Source (Pourquoi faut-il mourir un jour ? de Patricia Goralezyk).

À l’instar des pharaons ou des peuples de l’Inde et la rive sacrée du Gange, des peuples d’Amérique, des juifs ou des chrétiens qui ont tous des rites funéraires différents, les musulmans se distinguent aussi par leur propre rite en matière de sépulture.

Ainsi donc, lorsque la personne décède, il est fortement recommancdé que sa dépouille soit inhumée dans de brefs délais.

Fondamentalement, il faut dire que le rite musulman observe quatre étapes majeures avant l’inhumation qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme,d’une personne âgée ou d’un enfant,cette pratique demeure la même.

  1.   La toilette funéraire;
  2.   Le Linceul;
  3.   La prière funéraire;
  4.   L’enterrement;

D’abord, la toilette funéraire ou Ghassl El Mayet consiste à laver soigneusement le corps du défunt avec de l’eau tiède et du savon. Le lavage se fait dans un salon funéraire et exécuté par des personnes expérimentées en la matière de même sexe que le défunt excepté pour les époux qui peuvent se laver mutuellement en cas du décès de l’un ou de l’autre. Cependant, pour les bébés ou les enfants cette pratique n’exige aucune condition.

Ensuite, il y a le linceul funéraire ou ce qu’on appelle chez les musulmans El Kafn. Ce dernier est un tissu blanc et parfumé. Il doit être largement suffisant pour envelopper le corps du défunt tout entier.

La troisième étape est la prière funéraire sur le mort ou Salat El Janaza. Cette prière est une obligation collective des musulmans envers leurs défunts. Elle est exécutée par n’importe quel musulman compétent, dans une mosquée, dans un salon funéraire ou dans un cimetière.

Enfin, la dernière étape est celle de l’enterrement funéraire  ou Eddafn. À ce stade, le mort  est transporté à sa dernière demeure suivi du cortège funèbre qui observe le respect et la crainte tout en invoquant Allah en faveur du défunt. Il faut dire que le suivi du convoi funèbre et la participation à l’enterrement sont des recommandations essentielles dans la religion musulmane. Les femmes sont par ailleurs admises à faire partie de ce convoi. Pour conclure, il est faut rappeler que dans la tradition musulmane, les morts doivent obligatoirement mis en terre et leurs dépouilles sont orientées vers la Mecque. (Le visage du mort regarde vers la direction de la Kaaba). La tombe quant à elle est identifiée à l’aide d’une pierre tombale.

 

À retenir :

Le soutien et le deuil

La famille endeuillée est soutenue par tous, en particulier par les proches, les amis et les voisins, Cette façon de faire est très répandue dans la culture musulmane. La famille endeuillée reçoit les condoléances et les sympathies de la communauté.

Une aide significative à l’instar de la préparation du repas, des gâteries et autres est apportée à la famille endeuillée pendant cette phase. La présence de tous les proches, amis et voisins autour de la famille est revêt une importance capitale afin de fournir l’aide nécessaire pour surmonter le chagrin et le deuil et reprendre ainsi la vie petit à petit, car après tout la vie doit continuer pour les autres….

 

Spécificités :

1-  Utilisation des cercueils :

Selon la Loi provincial du Québec sur la protection de la santé publique, toute inhumation doit être réalisée dans un cercueil.

2-  Embaumement :

Selon la loi provinciale du Québec sur la protection de la santé publique, un corps doit être embaumé, s’il n’est pas inhumé dans les dix-huit heures après le décès.

L’embaumement comprend: L’enlevement du sang et des gaz du corps et l’injection d’un liquide stérilisateur à base de formaldehyde.

L’embaumement se fait pour conserver le corps d’un défunt et empêcher sa décomposition.

 

 

 

 

 

 

 

© 2019 Association de la sépulture musulmane au Québec. Tous droits réservés. Numéro d'enregistrement d'organisme de charité : 77472 4926 RR0001